Sélection de la marque

Sélection de la marque:

A brand of Bouygues Energies & Services
Kummler+Matter EVT
A brand of Bouygues Energies & Services
Helion

BIM to field à Soleure

12.04.2022Bouygues Energies & Services

Les robots vont-ils bientôt remplacer les humains sur les chantiers? «Non», répond Bouygues Energies & Services. Néanmoins, l’utilisation de robots sur la base du modèle BIM recèle de nombreux avantages pour toutes les parties prenantes, comme le montre l’exemple du Jaibot de Hilti sur le chantier de RiverNest à Zuchwil.

L’application du Building Information Modeling dans le bâtiment avance à un rythme plus lent en Suisse que dans d’autres pays. Toutefois, cette méthode prend aussi de l’ampleur dans notre pays. L’expression «BIM to field» désigne la transmission de données de planification numériques vers le chantier. Celle-ci permet de minimiser les risques de planification et d’éviter les sources d’erreur. Les atouts sont indéniables: une exécution correcte du chantier et une nette augmentation de l’efficacité des projets, sans oublier une contribution à l’amélioration de la sécurité au travail qu’il convient de ne pas sous-estimer. Mais, concrètement, à quoi ressemble un projet BIM to field?

 

Bouygues Energies & Services dans la région au pied du Jura met en œuvre le modèle BIM to field avec succès dans le cadre de la construction de «RiverNest» sur le site de Riverside à Zuchwil. C’est là, au bord de l’Aar, que le centre de compétences pour les énergies renouvelables, qui servira également de siège principal à l’Agence Helion, verra le jour. Le projet porte sur une construction en bois légère, écologique et inondée de lumière qui sera bâtie directement sur l’entrepôt existant. Le nouveau site doit regrouper les différentes compétences de l’entreprise à compter de l’automne 2022.

 

Ebru Daniskan est coordinatrice CAO-BIM chez Bouygues Energies & Services dans la région. Elle est responsable de la planification des modèles de fabrication et des Fieldlinks (points de perçage) des systèmes techniques du bâtiment pour RiverNest. À partir des plans de coordination et d’exécution CVCSE, elle a modélisé les bases de la préfabrication des canalisations et des points de fixation. L’équipe dirigée par Yves Kessler, responsable du secteur CVC de Bouygues Energies & Services dans la région au pied du Jura, s’en est ensuite servie pour mettre en place un concept logistique et commander tous les matériaux requis pour la construction des systèmes dans la quantité souhaitée et dans les dimensions nécessaires.

Des robots pour plus d’efficacité et de sécurité

Cependant, dans le projet de Zuchwil, le BIM to field ne se limitait pas seulement à la planification et à la fourniture des conduites et des fixations préfabriquées. Bouygues Energies & Services dans la région au pied du Jura a utilisé le robot de perçage semi-autonome «Jaibot» de Hilti, une première dans le secteur suisse de la construction en bois. Supervisé par Ebru Daniskan, le Jaibot s’est frayé un chemin dans les locaux sur la base des données de planification numériques et a percé tous les trous nécessaires au montage des suspensions. Il a travaillé de manière autonome dans un rayon donné et a également marqué les trous percés pour le corps de métier correspondant. Lorsque le robot a terminé les trous du rayon, Ebru Daniskan l’a envoyé quelques mètres plus loin simplement à l’aide d’une télécommande, et il a percé les trous suivants.

 

On ne peut pas dire que le Jaibot se presse pour faire son travail, mais il va beaucoup plus vite qu’un collaborateur en chair et en os et évite toute mauvaise interprétation des données de planification. Combinée au concept logistique de Bouygues Energies & Services, son utilisation permet un gain d’efficacité significatif. Yves Kessler en livre une description concrète en témoignant d’une expérience décisive qu’il a vécue il y a quelques années. Un installateur devait déplacer l’équipement d’accès en hauteur, y monter et en redescendre pour chaque perçage. «Une perte de temps incroyable, comme vous pouvez l’imaginer, et pas non plus sans danger. De plus, il n’est pas rare de commettre des erreurs avec cette méthode traditionnelle, ce qui peut réduire encore davantage l’efficacité», explique-t-il avant d’ajouter: «Grâce à l’utilisation du Jaibot et à l’application de notre concept logistique basé sur le BIM, nous avons pu réduire à un minimum les temps morts et augmenter considérablement la productivité. Cela ne signifie pas que nous n’avons plus besoin d’installateur sur les chantiers mais que, sur les chantiers qui s’y prêtent, nous n’avons plus besoin que notre personnel qualifié effectue des «basses besognes», telles que le perçage de trous. Voilà qui nous rend très optimistes pour les futurs projets.»